UA-119905668-1

Mission handicap Auchan : Un plan de soutien original

François-Seille-WEB-e1525246813947.jpg

De l’inaptitude à la réussite professionnelle : La Mission handicap Auchan a mis en place un nouveau dispositif de soutien

François Seille, responsable national de la mission handicap Auchan Supermarché, a imaginé une mesure originale pour accompagner les salariés frappés d’inaptitude totale au sein de leur entreprise. Il nous l’explique et ça vaut le détour.  

De quand date cette démarche ? Comment est né ce dispositif ?
Cette mesure remonte au début de l’accord précédent 2013. Elle répondait à des demandes auxquelles nous ne pouvions faire face dans des situations d’inaptitudes par rapport aux latitudes que nous offrait le 4e accord. En effet, jusqu’à la fin du 4e accord, nous ne  pouvions pas accompagner certains salariés mis en situation d’inaptitude pour raisons de santé, et ce malgré les aides prévues par les différents organismes que sont les Cap Emploi, l’Agefiph, ou le Conseil Régional, et après que nous ayons éprouvé toutes les procédures légales. Les seules aides possibles n’arrivaient que lorsque le licenciement était prononcé, ce n’était pas tenable.

Cette mesure a donc vu le jour avec le 5e accord. Elle consiste à proposer une alternative aux salariés concernés par une inaptitude médicale à tous postes, c’est-à-dire, après que le médecin du travail ait rédigé sa prescription médicale. Je pense surtout à des contre-indications physiques qui ne nous permettent pas de proposer un poste de maintien car nous ne recrutons actuellement que des postes commerciaux très axés sur le terrain et très physiques. Nous étions alors souvent dans l’impasse et laissions dans une situation très « précaire » des salariés qui devaient attendre d’être chez Pôle Emploi pour bénéficier de solutions d’accompagnement.
La mesure que j’ai mise en place permet dans ce cadre de proposer un bilan professionnel pris en charge à 100% par l’entreprise, avec une contrainte imposée au consultant qui est de proposer au moins trois orientations professionnelles au salarié. Ce dernier va alors s’approprier ou non l’une de ces pistes. Pour plus de confort, le bilan est adapté au rythme du salarié et peut même se faire à domicile. La deuxième option concerne les salariés déjà animés par un projet professionnel qu’ils portent parfois depuis des années. Dans ce cas, à l’issue du bilan, nous leurs proposons de les accompagner sur une participation financière à une formation qualifiante à un autre métier. L’idée est aussi de projeter la personne accompagnée sur un métier aussi éloigné que possible de celui qu’elle pratiquait chez nous pour ne pas qu’elle revive une nouvelle situation d’échec. La participation financière que nous octroyions dans le précédent accord était de 3000 €ht et nous la réévaluons à hauteur de 5000 €ht dans ce nouvel et 6e accord de la mission handicap Auchan Supermarché. Dans la majorité des cas de figure, cela suffit, mais pour des projets très-ambitieux, je vais remplir ma part et quand je leur demande de solliciter le conseil général ou Cap emploi, la réponse des organismes est toujours la même : « Oui mais quand vous serez inscrit au chômage ». Cela créé durant toute la période de formation une véritable angoisse chez le porteur de projet, même si au final il touchera les aides promises.

Il s’agit d’une préoccupation purement humaine ?
Tout à fait, à ce niveau d’intervention nous avons déjà répondu à toutes les obligations légales sans trouver de solution. De même afin de respecter la dignité des personnes concernées nous entamons cette option le plus vite possible car une procédure de licenciement aboutit en moyenne à un départ de l’entreprise dans les 60 jours en moyenne. Dans ce délai nous devons déployer le dispositif dans son ensemble. Nous estimons qu’il y va de notre responsabilité d’employeur d’accompagner ces collaborateurs en maintien dans l’emploi, au sens le plus large du terme, qu’ils ne perdent pas pied avec l’emploi…

Quel exemple concret pourriez-vous nous donner ?
J’ai en tête un boucher qui a suivi une formation d’électricien de niveau bac +2 d’un coût de 27500€. Il est parti avec 3000 euros de notre part et sur la seule confiance des propos que je lui ai tenus. Les autres aides ne sont mises en place, qu’une fois son inscription effective auprès de Pôle Emploi, l’intégralité de son projet de formation a pu lui être financée.

Pouvez-vous nous citer des cas de réussite avérée ?
Oui bien sûr. Je pense à une hôtesse de caisse devenue dessinatrice et qui avait à peine 40 ans, nous lui avons financé 100% de son école de dessin. …Une autre personne qui est actuellement en train de terminer une formation de sophrologue. …Une manager de rayon qui est devenue photographe, une autre collaboratrice qui suit une formation aux métiers de la petite enfance. Dans tous les cas l’admission à la formation passe par des tests, voire un mini examen. Nous accompagnons ces personnes vers une véritable réussite professionnelle, un 2ème parcours de vie !

 

En photo : François Seille, responsable national de la mission handicap Auchan Supermarché.

Plus d’infos sur : https://auchan-recrute.fr/

 

Les commentaires sont fermés.